La santé auditive des jeunes, pensons-y!

J’aimerais vous raconter un petit peu ma vie, ma vie de jeune poulette qui commençait l’école à 5 ans et 2 semaines environ. Je suis loin de me souvenir de tout mais je me rappelle une chose en particulier : mon isolement. J’étais une introvertie hyper-gênée qu’on avait beaucoup de difficulté à faire sortir se sa coquille.

Je me souviens que les notes à mes parents et les commentaires sur mes bulletins se succédaient pour demander qu’on me fasse passer un test de la vue. On comprenait que mon problème provenait de quelque part d’autre que ma personnalité mais on ne savait pas d’où.

Et puis un jour, après une millième otite aiguë (j’exagère à peine) on nous a dit qu’effectivement, au rythme où s’enchaînaient mes maux d’oreilles parfois traités et d’autres fois non, il se pouvait que mon audition en soit affectée temporairement.

Si pour ma moi, les problèmes d’audition venaient d’un problème de santé connu il en va bien autrement de nos jeunes aujourd’hui. Saviez-vous que l’exposition aux bruits intenses, prolongés et répétés peut provoquer de graves lésions? Selon une étude publiée dans l’International Journal of Audiology, un jeune sur quatre risque une perte d’audition reliée directement à ses habitudes d’écoute de musique. C’est énorme!

La santé auditive des enfants et adolescents

Je ne sais pas pour vous mais moi j’ai l’impression que les écouteurs sont greffés sur les oreilles de certains jeunes. Sans leur interdire d’écouter leur musique, il est peut-être bon de leur rappeler quelques règles relatives au bruit. Laissez-moi vous partager les conseils de l’audioprothésiste Marie-Josée Paul qui pratique depuis plus de 30 ans.

Avec l’omniprésence des téléphones intelligents et des baladeurs numériques, il est maintenant possible d’écouter de la musique de bonne qualité pendant des heures, et ce, à des volumes élevés, souvent beaucoup trop élevés. Et c’est sans compter les hauts niveaux sonores des spectacles auxquels assistent les jeunes. Comme les dommages sont irréversibles, dans 10 ou 20 ans, on pourrait bien voir toute une génération d’adultes souffrir de surdités partielles beaucoup plus tôt que la normale.

– Marie-Josée Paul, audioprothésiste.

 

Règles de base

Baisser le volume

Il ne devrait pas dépasser 60 % du maximum de l’appareil. Et si une personne située à un mètre entend la musique, c’est que le volume est beaucoup trop fort!

Utiliser un casque d’écoute bien ajusté

Et antibruit, c’est encore mieux. Ce dernier atténue le bruit de fond, de sorte que l’on perçoit nettement les sons sans avoir à monter le volume.

Limiter l’utilisation quotidienne

Même s’il est indispensable de réduire le volume, limiter l’utilisation des appareils audio à moins de 60 minutes par jour est tout aussi important.

Lors d’un spectacle, porter des protecteurs auditifs (bouchons d’oreilles)

On peut aussi s’éloigner des sources de bruit, comme les haut-parleurs.

Le saviez-vous?

  • Un son aigu est plus dangereux pour l’oreille qu’un son grave.
  • L’oreille ne s’habitue pas à un bruit intense, c’est plutôt le cerveau qui s’adapte aux messages sonores qu’il reçoit.
  • L’alcool et les médicaments peuvent altérer la perception auditive: vous pourriez alors avoir l’impression que le niveau sonore est inférieur à ce qu’il est réellement.

Si vous croyez que votre enfant a des problèmes d’audition, n’hésitez pas à consulter un professionnel avant la rentrée scolaire.

%d blogueurs aiment cette page :