Je voulais une fille – Partie 2

Lire la 1ere partie ICI

La journée est tellement longue! C’est la série d’examens à Ste-Justine et c’est une coordonnatrice qui a placé mes rendez-vous aujourd’hui. Tout d’abord, une échographie morphologique à 12h45, ensuite une consultation en plastie à 14h00, pour terminer enfin avec la fameuse échographie cardiaque à 15h00. Je trouvais les rendez-vous rapprochés, mais je me suis dit qu’elle savait ce qu’elle faisait!

Nous avons passé la première échographie régulière, c’était surtout pour vérifier le développement de la main, qui n’a pas changé, pas plus de réponses! Et c’est là que j’ai su pourquoi ils m’ont envoyé en échographie cardiaque. La technologue tournait autour du pot et je n’ai vraiment pas apprécié, ça m’envoyait comme message que c’était grave vu qu’elle n’osait même pas me dire ce qu’il y avait dans MON dossier… Bref j’ai fini par découvrir que c’était parce qu’il y avait une artère du cœur trop grosse et l’autre trop petite! Je commençais vraiment à me demander les effets, ce qui va se passer et tout…mais la dame ne savait pas et ne pouvait rien me dire : «Ils vont vous renseigner aux résultats de l’échographie cardiaque».

Vient ensuite mon rendez-vous en plastie. Ils ont énormément de retard. Nous somnolions dans la salle d’attente depuis plus d’1h30 quand j’ai demandé à mon conjoint d’aller voir à l’étage des échographies cardiaques pour m’assurer qu’ils nous attendent vraiment. On m’appelle finalement, j’y vais donc seule. On m’explique la théorie de la malformation de mon fils, qui est une bride amniotique. On m’explique qu’il y aura deux possibilités; soit il aura une prothèse, soit il utilisera sa petite main comme elle est. On ne prévoit aucune chirurgie pour son pouce «décoratif». Rien de nouveau, j’ai l’impression de perdre mon temps, je compte pratiquement les secondes quand finalement on me remercie d’être venue.

J’appelle mon conjoint qui semble s’être perdu dans l’hôpital depuis vingt minutes. On se rejoint au bon étage, mais catastrophe : trop de lumières sont fermées…ce n’est pas normal. Il n’a pas pu les avertir que j’attendais en bas à temps, que je n’ai pas «manqué» mon rendez-vous par négligence, mais plutôt parce qu’on s’y est mal pris pour l’horaire. Je vois une réceptionniste, elle m’ignore quasiment. Elle finit par me demander si elle peut m’aider. Je lui explique la situation, elle a l’air désolé, et me dit que normalement le département ferme à 16h00, donc dans cinq minutes. La panique s’insinue en moi. Après presqu’un mois d’attente, de cauchemars, et de crises d’angoisse, va-t-on vraiment me retourner à la maison sans la réponse à ma question? Je ne peux pas attendre encore, c’est impossible, j’ai l’impression de mourir chaque heure, chaque minute de ma vie en ne sachant pas ce qu’il adviendra de mon petit Benjamin!

Je tente tant bien que mal de garder mon calme. J’observe chaque mouvement des réceptionnistes, chaque parole, pour ne serait-ce qu’apercevoir un indice de ce qui arrivera. Voilà qu’elle quitte son bureau et disparaît. Je tente de me rassurer. Elle va sûrement demander aux techniciennes si c’est possible de me passer quand même, que je suis seule, que j’habite loin. J’attends encore, je ne respire plus, je ne peux plus vivre avec cette pression énorme sur le cœur. S’il-vous-plaît!

«Vous pouvez aller dans la première salle à gauche», me dit-elle comme si la nouvelle n’avait pas d’importance. Je souris, et je pleure. Je suis tellement soulagé! Oui! Je saurai bientôt si j’aurai un bébé dans 4 mois. On entre dans la salle d’examen, ça dure une heure. Benjamin bouge beaucoup, elles ont de la difficulté à cerner chaque artère. Je n’en peux plus… Dans l’examen j’entends les termes : «plus petit que», «plus grande»…..je me dis ça y est…il y a bel et bien quelque chose…mais elles n’ont pas l’air stressé ça ne doit pas être si pire…ça doit être quelque chose d’opérable du moins? Ou au pire, il ne pourra pas faire de sport de longue durée? Je ne sais pas, je ne connais pas ça! L’examen termine enfin, on nous envoie à la salle d’attente pour les résultats Nous sommes seuls…j’attends qu’on m’appelle. Je veux juste entendre mon nom, pour une fois, juste ça. Ça fait cinq minutes. Y a-t-il un problème plus grave?

«Stéfanie Prince, salle 32!»

Vite! Je n’attends même pas mon conjoint, je cherche la salle 32. La lumière est tamisée, ils n’attendent que mon départ pour quitter. Salle 29, c’est long, 30, où elle est?, 31, pourquoi est-ce qu’il y a autant de salle!, 32! On entre, le médecin fouille dans des papiers, il passe un appel à une collègue, rit au téléphone. Il sort et parle à une autre collègue…

Alleeeezzz!!!!

”Bon! En fait, bonne nouvelle tout est normal, aucune anomalie. Tout va bien! Voilà le papier à remettre à votre médecin, bonne chance pour la suite!”

Benjamin

Merci la vie.

Stefanie Prince

 

 

 

 

Texte de Stefanie Prince

 

(Visited 9 times, 1 visits today)
%d blogueurs aiment cette page :