Truc 101 pour rater la St-Valentin!

Mon amoureux et moi se souviendrons longtemps de la St-Valentin 2007! Nous l’avons raté avec brio! Mais il faut se le dire, ce n’était pas de notre faute!

valentines-day-624440_1920

Sherbrooke… 14 février 2007… je suis en pleine journée de stage et étant donné que Météomédia avait prédit une petite tempête de neige le matin même, mon amoureux décide de rester sagement à la maison à cause d’un congé forcé par Dame Nature. Il a donc voulu être galant en ce jour de la fête des amoureux et a joué au taxi pour moi!

La neige avait commencé à tomber tout doucement en début de journée et c’était féérique! Quoi de mieux pour la journée de la St-Valentin! Mais plus la journée avançait, plus la neige s’accumulait à une vitesse folle… 15h20, la cloche de l’école se fait entendre pour annoncer la fin de la journée pour les élèves. À l’extérieur, des collègues et moi s’inquiétons de voir les autobus avoir tant de difficulté à avancer dans cette accumulation assez impressionnante de neige… mais bon, ce n’était pas la première tempête au Québec, on est fait forts, nous, les Québécois! Mon amoureux m’attend, comme promis, à la sortie de l’école. Rendus à la maison, il m’annonce qu’il a prévu un souper tout spécial à mon attention, mais qu’avant, il doit faire un petit aller-retour chez son patron, histoire d’aller porter un outil quelconque. Ça devait être une petite course de 15-20 minutes (Notez ici que je dis bien « Ça devait »…) Ça me va, car cela me permettait de mettre à jour mes notes de stage. Il est alors 15h45…

La tête plongée dans mes notes, je ne vois pas l’heure passée… quand l’horloge m’indique 16h50, je commence à m’inquiéter. En jetant un coup d’œil par la fenêtre, je réalise que j’ai rarement vu autant de neige… je réussi enfin à parler avec mon homme et il m’annonce qu’il va être en retard (ce n’est pas une grosse surprise!) car il a aidé plusieurs personnes en voiture à se sortir des bancs de neige et qu’il est sur le chemin du retour. Mais qu’est-ce qui se passe dehors? Je décide donc d’ouvrir le téléviseur pour en savoir plus… ok, ça ressemble à l’apocalypse! Des autobus et des voitures sont pris dans la neige, en pleine rue. Les artères principales de toute la ville sont complètement bouchées, des élèves sont pris à l’intérieur des autobus, le réseau du transport en commun est sens dessus dessous, et les gens sont forcés d’abandonner leurs véhicules en pleine rue pour marcher! Plus les heures avancent, plus la ville est paralysée! Contraint à abandonner lui aussi son véhicule, mon amoureux se voit alors dans l’obligation de revenir à pied, à la maison, en pleine tempête du siècle! Il met les pieds chez nous vers… 22 heures! Pas moins de 6 heures plus tard! Alors inutile de vous dire que j’ai passé la soirée de la St-Valentin à la chandelle, seule devant la télévision, le téléphone en main, à m’inquiéter à savoir quand mon amoureux allait être à mes côtés!

Cette journée-là, il est tombé plus de 60 cm en quelques heures à peine… cette nuit-là, certains enfants ont dormi à l’école et à la garderie. Certaines personnes ont dormi au bureau, d’autres ont passé de longues heures interminables pris dans les autobus de la ville. Et que dire des nombreuses personnes qui ont marché dans la neige pour se rendre au chaud… bref, nous n’étions pas les seuls à avoir raté la St-Valentin ce jour-là!

Les Sherbrookois s’en souviennent encore!

Joanie Gagnon

 

 

 

 

Texte de Joannie Gagnon

(Visited 3 times, 1 visits today)
%d blogueurs aiment cette page :