Le début de la fin de ma grossesse

Depuis le début, je savais que je mettais les pieds dans une grossesse à risques. Mon risque à moi, la pré-éclampsie. Et c’est hier à 10 dodos de mon accouchement programmé (césarienne) que ma pression et un fameux mal de tête ont fait leur entrée. C’était donc hier soir, que la voix remplie d’inquiétudes, j’ai fait mon 1er appel à la maternité pour valider mes mesures et me faire rassurer et conseiller. J’ai bien cru qu’on allait me dire d’y aller pour accoucher mais ca n’a pas été le cas.

J’ai compris en raccrochant le téléphone que les 9 prochains jours seront sous le signe de l’inquiétude, de la peur que ca tourne mal. Hier soir, en fermant les yeux sur l’oreiller, mme la culpabilité est arrivée par la grande porte et elle s’est lâché lousse :

  • Tu le savais dans quoi tu t’embarquais et c’est maintenant que tu as peur?
  • Bravo championne, tu ne pouvais pas te contenter de ta fille?
  • Fallait vraiment que tu te mettes en danger et le bébé aussi du coup?
  • Qu’est-ce que tu vas faire si ca tourne mal…….

J’ai peur d’affronter une histoire d’horreur à cause que je ne sais pas évaluer les dangers qui me guettent, parce que je ne comprends pas bien ce qui se passe en moi. Du coup, je m’inquiète surement un peu trop mais ne pas m’inquiéter assez serait bien pire. J’essaie fort de rationnaliser mais la vérité est que je m’en irais accoucher tout de suite là pendant qu’on a pas encore perdu le contrôle.

J’ai eu droit aux conseils comme repose toi, fais-en le moins possible, prend soin de toi… En gros, fais pas monter ta pression inutilement.

Alors, pour vivre cette fin de grossesse le plus sereinement possible, je vais suivre ces conseils et me la couler douce.

%d blogueurs aiment cette page :